Le coach

Qu’est-ce qu’un "bon" coach ?

Si la maîtrise de techniques et d’outils est importante, elle n’est pas suffisante. Il est nécessaire qu’un coach sache établir des relations de manière à construire un lien de confiance et de respect mutuel.

En plus d’une certaine maturité de l’être, il est essentiel que le coach puisse justifier d’un travail de développement personnel, avoir un lieu de supervision et de thérapie régulière qui lui permette de connaître et de travailler ses limites .

Enfin, il se doit d’afficher clairement un code éthique et déontologique.

 

Comment trouver un bon coach ?

L’EMCC Belgium vous propose une liste de coachs qui ont satisfait au processus d'accréditation visant à les reconnaitre comme coachs qualifiés et professionnels adhérant à la charte de déontologie de la profession de notre association.

Les coachs accrédités de l'EMCC Belgium ont suivi une formation spécifique au métier de coach, ont un lieu de supervision, une pratique effective du coaching et sont dans un processus travail de développement personnel régulier et approfondi.

 

Quels sont les "ingrédients" qui font un bon coach ?

Un bon coach, c’est celui qui respecte son code de déontologie, qui continue à travailler sur lui-même, qui a du respect pour la personne et ce qu’elle amène, mais surtout qui a une passion pour son métier. Voilà pour V. Lenhardt des qualités qui sont sans doute préalables à l’intitulé « bon ». Bon ou pas, ce n’est pas le coach qui est bon, ce sont les résultats. La question est de voir si les résultats ont été atteints ou non… c’est la vraie question. Il est toujours intéressant de se demander pourquoi les objectifs n’ont pas été rencontrés. Un bon coach, s’interrogera : « Ok, cela a marché, mais pourquoi ? » Il ne doit pas se lancer toutes les fleurs, c’est aussi la personne qui a utilisé ses propres ressources pour avancer. Et quand cela n’a pas fonctionné, que le coach puisse aussi se remettre en question.

  1. Une qualité d’être et « d’être avec » fondatrice de la relation. Le coach offre une capacité d’accueil et de bienveillance.

  2. Une capacité à gérer la relation. Le coach peut guider et accueillir sans tomber dans la projection, c’est-à-dire sans entraîner l’autre dans ses propres névroses et conflits non résolus (formes de perversion liées à l’autorité, le pouvoir, l’argent, les fantasmes sexuels, ...).

  3. Une aptitude à comprendre les problèmes du client et ses enjeux, sans nécessairement être un spécialiste du domaine d’activité du coaché.

  4. Un bagage technique qui professionnalise la relation d’aide : écoute active, feed-back, méthodes permettant de libérer l’autre de ses inhibitions et l’aidant à potentialiser son énergie. (Lenhardt, 2006).

TOP
This website uses cookies to help us give you the best experience when you visit our website.
More about our use of cookies privacy policy
By continuing to use this website, you consent to our use of these cookies.
Continue